Rechercher

La petite ceinture


L'idée était de se promener le long de la voie de chemin de fer abandonnée de la "Petite Ceinture" pour amorcer un projet de photo sur Paris. Voir ces vestiges traverser les quartiers en contrebas ou sur des passerelles comme un chemin secret, c'est un peu découvrir les traces de l'histoire résister à la lente transformation de la ville tout autour. La première interrogation est de se demander comment se fait-il que les projets de réhabilitation de ces espaces ne sortent toujours pas de terre?

Il est 21H30 et le ciel s'est trop obscurci pour tenter de faire les photos que j'avais en tête, alors j'en profite pour tester mon nouveau boîtier acheté sur le Bon Coin, un Sony Alpha 7RII d'occasion. Je me lance sur une première photo parce qu'il faut bien en faire une et prendre mes marques avec le menu mais il est quasi identique à l'Alpha 7 ce qui ne me pose donc aucun problème majeur.

La 1ère photo du batiment des Bains Douche est mauvaise, sans intérêt et je mets à imaginer que je ne ferai pas de bonnes photos ce soir. Isabelle m'a accompagné sur cette première sortie et nous marchons "rue des Haies" pour rejoindre la "Petite ceinture". Une rue paisible avec de beaux bâtiments industriels, quelques allées et impasses avec des maisons, des lofts ou des espaces artistiques. Rue étonnante mêlant une ambiance provinciale à l'activité Parisienne.

Au bout de la rue, la "Petite Ceinture" s'annonce avec une passerelle surmontant le carrefour de la rue des Maraîchers, la rue des Orteaux, le rue du Clos et la rue Courat.

Par dépit, je tente quelques prises de vue sur trépied sans grande conviction sur leur valeur artistique. Rue Courat, alors que nous longions la voie de chemin de fer qui disparaissait derrière des immeubles, Isabelle engouffra la tête dans un espèce de terrain vague couvert de fresques peintes à la bombe et m'appela toute excitée après avoir vu une peinture de requin. L'espace ressemblait à un dépôt de feuilles mortes et je m'attendais à voir un campement de fortune pour sans domicilie fixe mais finalement il n'en est rien. Après quelques photos je compris que l'escalier dans le fond menait aux voies de la "Petite Ceinture ".

Se poser là en pleine nuit au milieu de ces rails entourés de HLM et de murs peints est enfin une occasion de réaliser quelques bonnes photos.

En fonction de la luminosité, je navigue entre 400 et 800 ISO, f/5,6 sur le 20mm Samyang pour conserver une bonne qualité optique et un temps de pose variant entre 5 et 15 secondes.

L'envie me pousse à m'aventurer plus loin sur les voies mais connaissant la faune qui vit ici la nuit, je me concentre sur ce bout de terrain à la limite du "Mama Shelter".

Cette voie de chemin de fer est du pain béni pour les photographes mais il vaut mieux être accompagné ou averti.

Un groupe de jeunes descendait la rue bruyamment et nous décidâmes de rester dans l'enceinte avant de sortir avec tout notre matériel photo. Mais le groupe a décidé de s'introduire dans notre terrain vague pour prendre un raccourci par les voies ferrées. Le premier passa la tête par le portail et fus pris d'une peur bleue en nous voyant et se mit à fuir dans la rue.

"N'ayez pas peur, on fait des photos!"

Nous voilà partis dans un fou rire avec le reste de la bande en voyant le jeune, un grand gaillard revenir sur ses pas.

Revenu au chaud à la maison, je m'empresse de développer les RAW du Sony pour voir ce qu'il a dans le ventre.

Je ne suis pas déçu. Impressionné même.

Je n'ai jamais eu un boitier aussi qualitatif en terme de netteté et de dynamique. Maintenant que j'ai le bon outil, il n'y a plus qu'à !...

Les photos sont visibles ici.



1 vue