Rechercher

Vienna



Cette fois-ci, mon job m'offre l’opportunité de partir à Vienne pendant 3 jours sur un évènement organisé par un constructeur de matériel d'impression numérique. En général, il est assez rare de pouvoir esquiver les dîners entre collègues Européens et plus particulièrement le dîner de gala organisé par notre partenaire où le relationnel client s'émancipe plus facilement après plusieurs coupes de Champagne à volonté ou pintes de bières au choix.

Mais mon matériel photo prendra bien place dans mon bagage cabine, sait-on jamais. Mon retour programmé le vendredi en milieu d'après-midi donne l'idée à ma femme Isabelle de me rejoindre à Vienne pour le W.E. Le Palais des Congrès “Wien Messe” et mon hôtel se trouve à deux pas du Prater, lieu d'attractions de fête foraine ouvert toute l'année, un aimant à photographes.

Trop beau pour être vrai, mon premier soir est finalement libre, je pourrais donc profiter de ma soirée et me perdre dans les environs, armé de mon Sony et de mon Manfrotto. Le Prater offre un décor idéal pour mon style de photographie mais je n'arrive décidément pas à sortir une seule bonne image. A force de persévérer en vain, l'heure bleue a laissé place à un ciel sombre. Déçu, je reprends la direction de l'hôtel pour éventuellement me diriger vers le canal du Danube mais il est tard et le quartier universitaire situé devant mon hôtel attirera mon attention jusqu'à minuit et demi. Cette balade solitaire me laissera une impression paisible de sérénité que je ne retrouve pas sur Paris où les tensions négatives sont palpables, partout où il y a de l’animation.

Les intervenants de très grandes qualités se succèdent sur la scène du palais des congrès avec pour objectif de stimuler la créativité Marketing: Felix Plötz, Alon Bar-Shany, Kevin Gaskell, Verne Harnish et beaucoup d’autres encore pour finir au Palais Auersperg avec boissons, buffet à volonté et piste de danse pour les plus motivés parmi les milliers d’invités. Vendredi, fin du salon, libéré de mes obligations professionnelles, je rejoins l'hôtel “Motel One” réservé par mon épouse. Je profite de l'attente pour regarder le match de foot (pourri) des phases de groupes de la coupe du monde entre l'Iran et le Maroc. Étant déjà venu à Vienne, nous avions à coeur de revenir sur les quais du canal du Danube pour manger, flâner et faire des photos. Les quais sont entièrement peints par des “Street Artist” tandis que chaque pont est rétro-éclairé avec une couleur différente, le tout baigné dans une ambiance cool et détendue mais encore une fois, je manque d’inspiration. Comme au Prater, tout semble sorti d’un décor prêt à l’emploi pour les photographes amateurs avec cette impression de réaliser des images trop classiques sans originalité ni personnalité propre. Dans ce genre de contexte, je lâche prise et abandonne toute pression personnelle pour profiter au mieux de l’animation nocturne. Je ne dois pas oublier que je suis ici aussi pour profiter du Week-End.

Vienne est la destination des amoureux de Klimt et Egon Schiele dont nous faisons partie. Nos journées sont dédiées aux expositions en tant que spectateur et nos soirées réservées à notre passion créatrice.

Arrêt bière pression, programmé dans un bar le long du canal qui diffuse le match de l’équipe de France face à l’Australie. L’Autriche ne semble pas trop concernée par la coupe du monde et la bière me laisse un goût amer après notre piètre rencontre.

Nous découvrons par hasard une magnifique exposition du photographe Alfred Seiland dans la mouvance de Joel Meyerowitz en marge d’une rétrospective sur Keith haring à l’Albertina. Je retrouve mes sources d’inspiration dans ce style de photographie américaine prise à la chambre photographique, autorisant des tirages grands formats. J’avais besoin de voir ce genre d’images pour relancer ma motivation lors de mes derniers manques d’inspirations ces derniers jours.

Il faut accepter l’idée de perdre son temps à faire une dizaine de photographies pour espérer en réaliser une de bonne. Telle est ma routine aujourd’hui sachant qu’elle existe pour évoluer à terme et sortir enfin, je l’espère, non pas une bonne image, mais une vraie photo qui marquera la transition vers la maturité.

Les photos...


2 vues